Au bureau : écologique jusque dans le clic

photo13 millions d’employés de bureau et administratifs travaillent dans l’hexagone, soit 46 % de la population active. Cette fourmilière humaine engendre 2,4 millions de tonnes de déchets dont 900 000 tonnes de papiers chaque année (imprimés, déchets d’emballage, équipements électriques ou électroniques dont certains sont classés dangereux).
Gourmand en énergie, en eau et en produits chimiques nocifs (pour le blanchissement des feuilles notamment), le papier, avec 80 kg par personne et par an, est le premier consommable.
Vert en ville vous suggère quelques pistes pour éviter le gaspillage abusif :
« Pensez à l’environnement, n’imprimez ce message que si nécessaire » figure en bas de votre signature électronique ? C’est tant mieux. Partagez la bonne parole auprès de vos interlocuteurs. Votre fils vous a demandé une copie de son rapport de stage de 3ème en 5 exemplaires ? Pas de problème mais imprimez-le en recto-verso, 2 pages par feuille et en qualité brouillon si son devoir est encore à l’état d’ébauche. Optez pour des versos blancs si votre usage n’est que de prendre des notes. Annulez les abonnements inutiles aux journaux et revues même gratuits et consultez-les plutôt sur la toile.

Les toners et cartouches d’encres, toxiques et dangereux pour la santé, sont utilisés par millions chaque année. Piles, accumulateurs, ampoules, tubes fluorescents et cédéroms sont autant de déchets à traiter en fin de cycle de vie. Pour s’engager au bon recyclage de ces déchets, une entreprise peut aisément rejoindre un dispositif de tri existant, couplé avec une politique environnementale interne à laquelle le personnel devra être sensibilisé.
Moment(s) inconditionnel(s) d’une journée de travail : la pause-café. Les gobelets de cartons ou de plastique, les emballages de sucres, les dosettes sont jetés aussitôt le café consommé. Optez pour votre mug à l’effigie du Paris-Saint-Germain, lavable et surtout réutilisable. Préférez les grands conditionnements de café, de sucres auxquels s’ajoutent ceux de biscuits pour agrémenter une ambiance « bon esprit » au sein de votre open-space.
Concernant l’électricité, une imprimante, toujours allumés au ¾ de son temps, est bien souvent inactive. Optez plutôt pour des imprimantes jet que laser.
Les ordinateurs font de même. Le mode veille pompe encore 20 à 40 % de sa consommation en marche. Les extinctions et les allumages répétés de l’écran ne dérangent pas l’ordinateur. Du coup, si vous vous absentez un quart d’heure dans un service voisin, n’hésitez pas à l’éteindre le temps d’un instant. Diminuer la luminosité de l’écran permet aussi de réduire la consommation énergétique. Plus agréable à la vue, cela évite un éventuel mal de crâne. Les économiseurs d’écran mettant en scène vos amis, votre maîtresse ou votre chiwawa sont également à bannir car les graphismes 3D consomment autant voire plus que le mode actif. Éteignez la connexion internet la nuit et vous aurez tout gagné.
Côté photocopie, il est plus économe de s’équiper d’une bécane 3 en 1 imprimante/scanner/photocopieur qu’une machine de chaque. Mieux encore si tous les ordinateurs sont reliés à une seule et même photocopie collective même si cela vous exige de parcourir 150 mètres : votre corps vous dira merci d’avoir parcouru 25 allers-retours dans la journée.
Les nouvelles technologies ont considérablement amélioré les échanges, et facilitent le partage de l’information de manière rapide. Toutefois, il faut savoir que chacun des 29 millions d’internautes français effectue en moyenne 949 recherches internet par an correspondant à 287 600 tonnes équivalent CO2, soit plus de 1.5 millions de km parcourus en voiture.

vev_souris

Ainsi, face à l’ordinateur, limitez le nombre de destinataires. L’excès de zèle est mauvais pour la santé. Evitez de mettre tout le monde en copie (et/ou copie cachée). Restreignez aussi le nombre de documents en pièce jointe surtout si c’est pour les transmettre à votre collègue du bureau d’en face. Un lien hypertexte sera nettement suffisant. Vider vos courriels, spams et autres newsletters stockés dans votre boite mail.
Le chauffage et la climatisation sont les premiers postes de consommation d’énergie des bâtiments. En hiver, réglez les thermostats à 19 degrés et les radiateurs en fonction de la température et de l’ensoleillement extérieur.  En été, maintenez la fraîcheur de l’air pour éviter l’usage de la climatisation.
Éteignez les lampes dans les pièces non occupés et choisissiez des lampes basse consommation pour 15 % des dépenses d’énergies en moins dans les bureaux.
Aquatiquement, une entreprise de plus d’une centaine de personne consomme 2 000 à 5 000 m³ / an. Ne vous prenez pas pour les casseurs-flotteurs, veillez à bien fermer les robinets après usage.
Le monde professionnel, c’est aussi le trajet pour s’y rendre. Chaque travailleur parcourt chaque année l’équivalent d’un Paris New-Delhi, soit 6 600 km (1,4 tonne de CO2), 12 millions de tonnes chaque année. Les ¾ de ces trajets se font en voiture avec trop souvent une seule personne à bord. Les déplacements professionnels peuvent clairement être diminués. Testez la calculette éco-déplacement de l’ADEME : un outil bluffant !
Des sociétés mettent à disposition de leurs salariés des Plans Déplacement Entreprise dit PDE. Il s’agit de diverses mesures visant à optimiser les déplacements liés aux activités professionnelles. Nombreux avantages pour les entreprises et les salariés grâce à une voiture partagée : moins cher, moins ennuyeux et moins de véhicules sur les routes aux heures de pointe.
PDE_affichesLe covoiturage fonctionne aussi. A vous de vous organiser pour les trajets quotidiens.
Tous les acteurs de l’entreprise, du bas de l’échelle hiérarchique jusqu’au boss, ont un rôle à jouer dans la préservation de l’environnement. L’entreprise peut s’engager dans une démarche globale grâce à la mise en place, dans un premier temps, d’un diagnostic, suivie de diverses plans d’actions à réaliser. Le système de management environnemental par exemple est un outil de gestion qui permet à l’entreprise de s’organiser de manière à réduire et maîtriser ses impacts sur l’environnement. L’obtention de certifications reconnus est à la clé.
Dans mon bureau, tout de suite !
« Le patron constitue le plus gros obstacle à l’oisiveté au bureau » Scott Adams (dessinateur de bandes dessinés américain)
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s